Historique

Les Association Etudiantes à l’origine de l’AMD

L’AMD  puise ses racines dans les organisations étudiantes du temps de la colonisation avec la FEANF (Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France) qui regroupait les étudiants de différentes nationalités.

Dénoncer le colonialisme, lutter pour l’indépendance, se préoccuper du sort des peuples africains et œuvrer pour le panafricanisme, tels étaient quelques des  objectifs de cette organisation.

Après l’Indépendance du Mali en 1960, s’est créée l’AESMF (Association des Etudiants et Stagiaires Maliens en France) à l’instar d’autres organisations nationales, implantées dans pratiquement toutes les grandes villes universitaires de France.

L’engagement pour la Démocratie et les Droits de l’Homme

Après les premières d’indépendance (1960 – 1970) en Afrique apparurent des régimes très  dictatoriaux, trahissant les promesses et la ferveur des luttes d’indépendance, à travers des programmes comme les Programmes d’Ajustement Structurels (PAS) du FMI dans bon nombre de pays africains, la réforme « Palme-Beloncle) de l’enseignement au Mali. A l’époque, la plupart des mouvements étudiants africains étaient clairement en lutte contre ces dictatures en place dans leurs pays d’origine.

L’AESMF a milité jusqu’en 1991 contre le régime totalitaire de Moussa Traoré en relation avec d’autres organisations comme le CDLDM (Comité de Défense des Libertés Démocratiques au Mali).

La section AESMF de Dijon entretenait également dans cette lutte des liens fraternels forts avec les jeunes ouvriers Maliens de la ville. Dijon était alors une des places fortes de l’opposition au régime avec une section très dynamique, engagée dans des actions concrètes (alphabétisation des travailleurs immigrés, constitution de plateformes, propositions de projets…).

Après la chute du régime militaire de Moussa Traoré, ce noyau d’étudiants et de jeunes ouvriers s’est constitué en association pour maintenir le lien et la dynamique : l’AMD (Association des Maliens de Dijon). Les premiers Statuts de L’AMD furent déposés en septembre 1991.

Volontairement  “non politisée” à sa création, l’AMD a inscrit dans ses statuts la “Défense de la Démocratie et des Droits de l’Homme au Mali”.

L’attachement au savoir et à la culture.

Depuis sa création, l’AMD a toujours mis en avant la promotion et la mise en valeur de la culture malienne et plus largement de la culture africaine. Outre l’organisation de conférences, d’expositions, l’AMD a toujours fait la promotion de la littérature africaine à travers diverses manifestions : stand de livres dans des foires comme celle de Quetigny, invitation d’auteurs africains autour de thématiques spécifiques…).

L’AMD est membre fondateur du CEPA (Collectif Ensemble pour l’Afrique) qui a notamment organisé le festival de cinéma « Regards sur l’Afrique » en 2010.

L’organisation de journées culturelles comme la visite du Musée des Arts Premiers du Quai Branly ou l’expo “Mali Kow” à Lyon sont également des moments forts de la vie culturelle de l’association.

De l’Association “des Maliens” à L’association “Malienne”

Initialement nommée Association des Maliens de Dijon, L’AMD s’est progressivement ouverte aux “Non Maliens”, en les accueillant d’’abord comme sympathisants, puis comme membres à part entière. L’AMD est ainsi devenue “Association Malienne de Dijon depuis 2002

C’est une des caractéristiques de l’AMD qui abandonne la « base nationale » pour épouser celle de la solidarité internationale.

La traditionnelle fête du 1er mai symbolise et illustre bien cet esprit : réunir autour d’un repas malien avec des animations traditionnelles et folkloriques du Mali, les amis, les organisations partenaires, les associations œuvrant au Mali.

Depuis quelques années, l’AMD est entrée dans une phase de projet et d’actions concrètes au Mali avec la mise en place de la bibliothèque d’abord scolaire de l’Ecole fondamentale de Siby (ville située à 40 km de Bamako, la capitale), qui devint bibliothèque de la ville ensuite.

L’association souhaite continuer à mener des actions au Mali, toujours en rapport avec l’éducation, la jeunesse et l’accès à la culture.

Comments are closed.